Sethy II (ou Séthi II)

Publié le samedi 14 février 2009 (mis à jour le samedi 14 février 2009) par Benjamin Recommander l'article à un(e) ami(e) Version imprimable Version PDF (0) Lire / Ecrire un commentaire :

Nouvel Empire, XIXème dynastie. Il régna de -1200 à -1194 avant J.-C.

Titulature :

Nom d’Horus : deux possibilités :
E2
D40
C2U6M17M17
Serekh
Translittération k3 nxt mry ra
Transcription ka nakht mery râ
Traduction Taureau puissant, l’aimé de Râ
D28D52
E2
N35
M3
Aa1 X1
A24G36
D21
F22
X1 Z4
Serekh
Translittération k3 nxt wr pH.ty
Transcription ka nakht ouer pehty
Traduction Taureau puissant, celui dont la puissance est importante
Nom d’Horus d’or : deux possibilités :
O29

H4 Z2
G17N16
N16
N16
V30

Z2
Translittération a3 nrw m t3.w nb.w
Transcription anerou metaou nebou
Traduction Celui dont l’effroi qu’il inspire est grand dans tous les pays
O29
D40
Y1
N35
M3
Aa1
D40

X1 Z2
Aa15
N18
N18
N18
V30

Z7 Z2
Translittération a3 nxt.w m t3.w nb.w
Transcription anakhtou metaou nebou
Traduction Celui dont les victoires sont grandes dans tous les pays
Nom de Nebty : deux possibilités :
N35

M3
Aa1 X1
D40
F23D46
D21
D40
T10
X1 Z2
Z2 Z2
Translittération nxt xpS dr(w) 9 pD.wt
Transcription nakht khepesh derou pedjout
Traduction Celui dont la puissance est forte, celui qui repousse les neuf arcs
NB : « les neuf arcs » désignaient traditionnellement les neuf pays ennemis principaux des égyptiens. On les retrouvait souvent peints à la ceinture du pharaon ou sur le sol du palais. Il était en effet plus intéressant de « piétiner » ses ennemis !
Aa15
D40
V31
I6
X1 O49
G45I9

D40
N25

X1 Z2
Translittération mk(w) km.t waf(w) x3s.wt
Transcription mekou kemet ouafou khas(ou)et
Traduction Celui qui protège l’Egypte, celui qui soumet les contrées étrangères
NB : le mot « Egypte » s’écrivait
I6G17X1
O49
et se prononçait « kemet ». On pouvait le traduire par « la Terre Noire ».
Nom de couronnement
N5F12L1
Z2
N5
U21
N35
Translittération wsr xpr.w ra stp(w)~n ra
Transcription Ouser kheperourê setep-en-rê
Traduction Les devenirs de Râ sont puissants, celui qui a été choisi par Râ
Nom de naissance
C7M17M17U6
N35
Q3
X1
V28
Translittération stxy mry ptH
Transcription Sethy (Séthi) Mérenptah
Traduction Celui de Seth, l’aimé de Ptah

NB : On retrouve couramment l’orthographe “Séthi II” pour le nom de ce roi. Cette façon d’écrire semble être reprise par la plupart des ouvrages actuels mais elle n’est pas la plus correcte. En effet, d’après l’alphabet phonétique des hiéroglyphes, la meilleure transcription en français du symbole du double roseau

M17M17
, présent dans le cartouche du pharaon, reste le « Y ». Donc il convient d’écrire plutôt « Sethy II » que « Séthi II ». Toutefois, cet article reprend les deux écritures pour faciliter des recherches par exemple.

Parents :

Le pharaon Mérenptah et sa Grande Epouse Royale Isis Nofret II.

Successeur :

Siptah, son fils. Mais à la mort de Séthi II, il était encore trop jeune pour monter sur le trône. Ce fut alors sa belle-mère, Taousert, qui assura la corégence.

Biographie :

Si l’on doit retenir une expression pour qualifier le règne de Séthi II, c’est bien « crise de succession » ! Il faut savoir que Méreptah, son père, n’était que le treizième fils sur la liste innombrable de ceux de Ramsès II. Le fait que ce soit lui qui ait hérité du trône amena, à la génération suivante, des conflits avec les autres descendants. En effet, beaucoup pouvaient se revendiquer alors comme descendant du grand Ramsès II et prétendre au trône d’Egypte. C’est ainsi que Séthi II monta sur le trône dans un climat de conflit grandissant. A peine quelques mois après sa prise de pouvoir, il se vît contester la souveraineté par un dénommé Amenmès, fils de Takhâyt, une des filles de Ramsès II. L’usurpateur aurait régné trois ans avant que Séthi II ne reprenne pleinement le trône. Cette période est assez obscure et nous ne possédons que très peu de données sur la question. Cependant, il apparaîtrait que l’influence d’Amenmès se serait cantonnée à la Haute-Egypte et à la Nubie ; Séthi II gardant le contrôle de la capitale dynastique Pi-Ramsès et d’une partie de la Basse-Egypte. D’autre part, profitant du climat de confusion, certains nomarques accumulèrent beaucoup de richesses et prirent une importance non négligeable.

La lutte pour le pouvoir fit rage pendant une période de trois à cinq ans pour finalement voir Amenmès chassé du pouvoir. Séthi II, héritier légitime, fils de Mérenptah, reprit donc le trône et devint enfin Roi de Haute et de Basse-Egypte, souverain des deux terres. Son règne dura ensuite six ans et afficha un objectif prioritaire : poursuivre les partisans d’Amenmès et effacer toute trace de ce dernier. Peu à peu, le calme revint dans le royaume et les tensions finirent par s’apaiser.

Colosse de Séthi II

Colosse de Séthi II (ou Sethy II) retrouvé à Karnak, Musée du Louvres, Paris

Séthi II (ou Sethy II) épousa au total trois reines. La première Takhat II, ne lui donna aucun enfant. La seconde, Taousert, eut avec lui un fils, Séthi-Mérenptah. Malheureusement, celui-ci mourut très jeune et ne survécut pas à son père. L’héritier du trône ne lui fut donné que par sa troisième épouse, Tiâa II. Il s’agit de Ramsès-Siptah qui prendra le nom de Siptah (ou Mérenptah-Siptah) lors de son accession au trône d’Egypte.

Durant son règne, la politique étrangère fut loin d’être une priorité. Trop occupé à remettre son royaume dans le droit chemin, il ne lança par exemple aucune campagne militaire ; du moins nous n’en avons aucune trace. Séthi II nomma pourtant un homme d’origine syrienne au poste prestigieux de vizir : Bay. Certains pensent que cette décision fut soufflée par Taousert, une des épouses du pharaon, future souveraine. En effet, Bay aurait été son amant. Il deviendra ensuite, sous le règne de Taousert elle-même, chancelier et Chef du Trésor. De biens grandes responsabilités pour un seul homme, d’origine étrangère qui plus est ! Si l’on en croit certains papyrus, il ne fut d’ailleurs pas très aimé des égyptiens.

Du côté des constructions, Séthi II ne fit pas réaliser d’œuvres majeures, se contentant la plupart du temps de laisser des traces de son règne, sous forme de statues, de stèles ou d’usurpations (au Ramesseum par exemple), et d’embellir des structures pré-existantes.

Statue de Séthi II

Statue de Séthi II réalisant une offrande, Héliopolis, Egypte

Par la suite, il termina la décoration du temple de Ramsès II situé à Hermopolis, en ajoutant un pylône à l’intérieur et une gravure assez importante à l’entrée. Dans des villes comme Memphis ou Pi-Ramsès, on ne retrouve que des traces d’activité principalement sous forme de blocs gravés. Son œuvre la plus importante restera sans doute la réalisation d’un temple-reposoir pour les barques sacrées à Karnak, près du grand temple d’Amon-Rê. Il ajouta d’ailleurs trois statues à la grande salle hypostyle.

emple-reposoir pour les barques sacrées

Temple-reposoir pour les barques sacrées, Karnak, Egypte

D’autres constructions ont été réalisées comme à Louxor avec l’embellissement de la cour d’Amenophis II, ou encore en Haute-Egypte, allant même jusqu’à la Nubie et dans le Sinaï. Il s’agissait là de stèles clamant les talents du pharaon. Peut-être pour rétablir sa souveraineté et affirmer son pouvoir sur le territoire complet ? Il fit également bâtir trois tombes dans la Vallée des Rois : pour lui-même (KV 15), pour Taousert (KV14) et pour le chancelier Bay (KV 13).

Séthi II mourut relativement jeune en laissant derrière lui, malgré ses efforts, un climat de tension assez marqué. En effet, à cause de figures montantes comme Bay ou Taousert et en raison du jeune âge du prince héritier Siptah, la lutte pour les plus hautes sphères du pouvoir reprit de plus belle. La fin de la dynastie se rapprochait de plus en plus… Ce fut finalement Taousert, la veuve de Séthi II et la belle mère du prince héritier, qui assuma la corégence le temps que Siptah soit en âge de gouverner. Quant à Bay, il s’arrangea pour occuper des postes toujours plus importants. Tout ceci ne présageait rien de bon pour les prochaines années...

Tombe :

Il fut inhumé dans la tombe KV 15 (Vallée des Rois). Malheureusement, elle aurait été ouverte et pillée dès l’Antiquité. Plus récemment, les fouilles de cette sépulture ont été conduites par Howard Carter. Il convient cependant de préciser que le corps de Séthi II a été découvert et identifié dans une cachette de la tombe d’Aménophis II, avec d’autres momies royales, en 1898, par Victor Loret. La dépouille du pharaon aurait été déplacée pour éviter qu’elle ne soit dégradée par les pillages incessants à certaines époques. Malheureusement, elle fut quand même disloquée et l’identification n’a été rendue possible que grâce à certaines amulettes encore présentes dans la momie.

Taggé avec : pharaon, ramses, sethi