Temple de Philae (article)

Publié le jeudi 14 mars 2013 par Nico Recommander l'article à un(e) ami(e) Version imprimable Version PDF (0) Lire / Ecrire un commentaire :

Fiche d'identité :

Nom : Temple d’Isis ou Temple de Philae (à prononcer Philé)

Localisation : Entre Louxor et Assouan, sur la rive gauche du Nil sur l’île d'Aguilkia (depuis 1974, avant cette date le temple se trouvait sur l’île de Philae).

Divinité vénérée : La déesse Isis. La déesse Hathor possède également une chapelle et Horus un petit temple dans le complexe.

Epoque : Ptolémaïque, la construction du temple a débutée autour de 380 av. J-C et s’est terminée au IIIème siècle de notre ère.

Date de la découvert : 1897

Plan :

Coupe du Temple de Philae

Coupe du Temple de Philae

Plan du Temple de Philae

Plan du Temple de Philae

Coupe du Temple de Philae

Coupe du Temple de Philae

Histoire et culte :

La construction du temple de Philae débuta sous le règne d’un des derniers pharaons de l’époque pharaonique, Nectanebo Ier (XXXème dynastie). C’est plus tard sous la domination grecque que la majorité des édifices seront ajoutés, avec notamment le grand temple d’Isis. Il sera terminé par les romains avec l’ajout entre autre du kiosque de Trajan.

Ce temple est l’un des temples d’époque ptolémaïque le mieux conservé d’Egypte (avec le temple d’Edfou et le complexe d’Abydos) et fut l’un des sanctuaires les plus importants d’Egypte et de Nubie jusqu’en 551, date à laquelle l’empereur Justinien ordonna sa fermeture. Isis était très populaire à l’époque romaine et son culte s'est maintenu dans l'île jusqu'au début du VIe siècle de notre ère, ceci même après la fermeture des temples égyptiens (à cette époque la quasi totalité de l’Egypte avait été christianisée) imposée par le décret de Théodose en 391.

Pendant cette période d'activité du culte, tous les dix jours, l'effigie d'Isis quittait son temple de Philae pour rejoindre son époux, Osiris, sur l'île de Biggeh (à quelques centaines de mètres de l’île de Philae). C’est sur cette île qu’Osiris aurait été enseveli après que ses membres disjoints eurent été réunis par son épouse Isis. D’après les textes gravé sur la porte d’Hadrien, nul être humain n’étaient autorisés à débarquer sur l’île hormis le grand prête et ses confrères qui s’y rendaient chaque jour.

Suite à sa fermeture, le temple fut alors transformé par les coptes en églises qui seront actives jusqu’au XIIIème siècle. Des croix coptes fleurissent sur les murs et les piliers du temple. On retrouve encore aujourd’hui des bas-reliefs qui présentent par exemple le dieu Amon partiellement martelé, la tête étant remplacée par une croix copte mais le reste du corps étant intact, y compris ses attributs divins.

Arrivée en bateau au Temple de Philae

Arrivée en bateau au Temple de Philae

Sauvetage par l’UNESCO :

Depuis 1974, le temple de Philae ne se trouve plus sur l’île de Philae mais sur l’île d’Agilkia, 300 mètres en aval. En effet après la construction en 1894 du premier barrage d’Assouan par les Britannique, le temple se retrouva sous les eaux une grande partie de l’année.

Pendant 70 ans, la visite du temple de Philæ se faisait en barque mais en 1960, après plusieurs années de tractations politiques et d'arrangements financiers, les travaux de construction du haut barrage d'Assouan débutent sous l'impulsion du président Gamal Abdel Nasser. Ce projet constitua une nouvelle menace pour Philæ car l'île se trouvait entre les deux barrages et la montée des eaux allait l’engloutir irrémédiablement.

Vue de l'île de Philae avec le temple d'Isis, David Roberts

Vue de l'île de Philae avec le temple d'Isis, David Roberts

Le sauvetage du temple de Philae fut rendu possible par l'impressionnant projet de sauvetage des temples nubiens lancé par Christiane Desroches-Noblecourt [1]Egyptologue française et conservateur des Antiquités égyptiennes du Louvre à cette époque et André Malraux [2]Le directeur général de l'UNESCO de l’époque. Ce projet pharaonique va permettre de sauver des eaux plus des quatorze temples nubiens dont les très célèbres temples d’Abou Simbel.

La solution retenue pour le temple de Philae est celle utilisée pour les temples d’Abou Simbel quelques années plus tôt, c’est à dire le démontage des ruines pour les reconstruire sur un site à l’abri de la montée des eaux. Avant de pouvoir démonter et découper le temple en morceaux, un batardeau (barrage constitué d’une double paroi d’acier de 15 mètres de haut et entre laquelle sera placé 12 mètres rempli de sable afin de contrecarrer la pression exercée par l'eau du lac) est construit tout autour de Philae afin d’assécher les monuments et les nettoyer de la boue accumulées pendant ces années d’immersion. Cette étape de préparation va prendre presque deux ans d'août 1972 à mai 1974. Afin de respecter l’agencement d’origine, plus de 600 enregistrements photogrammétries seront réalisés par l’IGN français durant l’année 1974 afin de dresser une cartographie précise de l’île et de l’emplacement de ses monuments.

Les monuments sont alors découpés en près de 49000 blocs de grès soigneusement numérotés et transférés 300 mètres plus au nord sur l'île d'Agilkia, remodelée à cet effet pour dessiné la forme d’un oiseau (la forme originelle de l’île de Philae). Le remontage des temples s’achèvera deux ans plus tard et aura coûté près de 15 millions de dollars américains de l’époque, financé pour un tiers par l’Egypte et le reste par les dons de 23 nations à l’UNESCO et les revenus tirés d’expositions sur l'Égypte antique à travers le monde.

Visite du temple :

Vous arriverez sur le domaine d'Isis en bateau. Pendant cette courte croisière essayez d’imaginer les édifices et les colonnes recouverts de superbes peintures colorées [3] Les peintures ont disparues lorsque les temples étaient submergé sous les eaux du Nil le tout entourés de dattiers, de palmiers et de mimosas. L’île de Philae était reconnue par sa flore luxuriante et a inspirée les poètes à travers les temps.

L’île d’Isis était une véritable cité religieuse, commencez la visite en traversant esplanade et admirez les colonnades qui vous mèneront au premier pylône. Les reliefs de celui-ci représentent Ptolémée XII (père de Cléopâtre) massacrant des ennemis captifs en présence d'Horus, d'Hathor et d'Isis. Puis entrez dans la cour centrale. A votre gauche, vous pourrez découvrir, un grand mammisi[4]Champollion se servit du mot copte mammisi, le mot signifie lieu de la naissance en copte, pour désigner un édifices bien particulier associé aux grands temples de la Basse Epoque ; on y célébrait le mystère de la naissance du dieu enfant.. A Philae, il est dédié aux fils d’Isis : Harpocrate (Horus l’enfant), Harsiésis (Horus fils d’Isis) et à Horsomtus (Horus des deux terres). Le second pylône mène à une salle hypostyle grandiose comportant 10 colonnes et s'ouvrant sur cinq salles et un grand passage menant à une porte reliée au mur d'enceinte du temple d'Isis, appelé le passage de Tibère. Empruntez ensuite un escalier qui vous emmènera à la chapelle d'Osiris, des fresques du cortège funèbre vous accompagneront dans votre parcourt. Longez les façades et remarquez les bas reliefs d'Isis avec son mari et son fils.

Kiosque de Trajan

Kiosque de Trajan

Au nord, partez à la découverte du temple d'Auguste et de l'arc de triomphe de Dioclétien. Un petit temple est dédié à la déesse Hathor (fermé au public) où vous pourrez apercevoir depuis l'entrée, une frise de musiciens, parmi lesquels vous reconnaitrez le dieu Bès tapant sur un tambourin. Enfin, vous verrez au bord de l'eau une petite structure carrée avec ses 14 colonnes aux chapiteaux d’une remarquable diversité, c'est le fameux kiosque de Trajan. Ce pavillon servait probablement aux cérémonies qui se déroulaient quand la déesse Isis quittait l'île et y revenait. La documentation que nous avons aujourd’hui ne nous permet pas de l’affirmer, mais peut-être y percevrez-vous un mystère de l’Egypte antique…

En pratique :

Pour vous rendre sur l'île d'Agilkia, vous devrez traverserez le Nil en barque à moteur (10-15 minutes). Le trajet coûte aux alentours de 20 £E (à diviser entre les passagers) et l’embarcadère est situé à Shellal (au sud d’Assouan). Prévoir au minimum trois heures pour la visite et la traversée. Il est recommandé de donner une heure de rendez-vous à votre taxi pour le retour.

Le son et lumière de Philae est l'un des plus beaux d'Egypte. Chaque soir, le temple se pare de milles feux pour raconter la fabuleuse histoire d’Isis et d’Osiris contre leur ennemi Seth. Le programme varie selon la saison. Séance tous les soir sauf le lundi et le mercredi avec deux à trois représentation. Vérifiez les horaires à l’entrée du site lors de votre visite.

Pour vous logez, le mieux est de dormir à Assouan (n'hésitez pas à chercher des hôtels pas chers ici) d’où vous pourrez prendre un taxi pour vous rendre à l’embarcadère de Shellal.

Quelques photos du temple de Philae :


    Le temple de Philae sur d’autres sites :

    Le superbe dossier du site l’Egypte de Bastet : http://www.bubastis.be/voyage/nubie/philae00.html

    La reproduction des planches de la description de l’Egypte réalisées lors de la campagne d’Egypte de Napoléon : http://ndastarac.free.fr/philae/

    Notes :

    [1] Egyptologue française et conservateur des Antiquités égyptiennes du Louvre à cette époque
    [2] Le directeur général de l'UNESCO de l’époque
    [3] Les peintures ont disparues lorsque les temples étaient submergé sous les eaux du Nil
    [4] Champollion se servit du mot copte mammisi, le mot signifie lieu de la naissance en copte, pour désigner un édifices bien particulier associé aux grands temples de la Basse Epoque ; on y célébrait le mystère de la naissance du dieu enfant.

    Taggé avec : Temple, philae, hathor, horus, Abou Simbel, Philae, temples, egypte, religion, culte, dieux, dieu