La contrebande de momies

Publié le lundi 17 mars 2008 par Benjamin Recommander l'article à un(e) ami(e) Version imprimable Version PDF (0) Lire / Ecrire un commentaire :

Récemment (13 mars 2008), la police égyptienne a surpris une activité de trafic d’antiquités égyptiennes dont une tentative de vente de momies jusque là inconnues des autorités concernées.

Le pillage de tombes est une histoire qui a commencé il y a de cela très longtemps. Les trésors funéraires des défunts ont toujours attiré certains hommes soucieux de réaliser encore plus de profit. En Egypte, il semblerait que les pillages aient débuté dès la fin de l’Ancien Empire, lorsque le pouvoir pharaonique commençait à s’affaiblir. Certains trouvèrent sans doute dommage de laisser de tels trésors à l’abandon alors qu’ils seraient bien plus utiles aux vivants. C’est ainsi que, bravant les interdits religieux, les premiers pilleurs de tombes sont nés, violant et saccageant les sépultures. Les tombeaux royaux, regorgeant de trésors, étaient, bien entendu, les plus prisés. Le clergé égyptien tenta à maintes reprises de trouver une parade aux pillages mais à chaque fois, elle était contournée par ces hommes sans scrupules. Plus proche de nous, vers le XIXème siècle, lorsque certains pays (France, Angleterre, Allemagne, etc…) parcouraient l’Egypte à la recherche de trésors perdus, une autre forme de pillage apparut. Il s’agissait alors de récolter un maximum d’objets antiques pour constituer une collection et l’acheter au pays concerné. C’est ainsi que les grandes collections du Musée du Louvre ou du British Museum se formèrent.

Momie égyptienne très bien conservée, Musée du Louvre, Paris, France

C’est dans cette lignée qu’il y a quelques jours, la police du tourisme de la ville de Fayoum, au sud du Caire, a arrêté trois personnes soupçonnées de contrebande d’antiquités égyptiennes. Ils cherchaient apparemment à vendre quatre momies d’origine inconnue ainsi que des objets d’art associés. La somme réclamée s’élevait au dessus de cinq millions de dollars. C’est sans doute ce prix colossal qui a mis les autorités sur la voie. D’après l’enquête, il apparaîtrait que ces momies soient issues de fouilles illégales en Haute-Egypte, près de la ville de Minya. Fait encore plus étonnant : les corps appartiendraient à des pharaons dont la découverte semblait être ignorée par le service dans Antiquités Egyptiennes du Caire.

Taggé avec : egypte, momie, momies, archélologie, tombeau