La génétique révèle une part du mystère sur Toutankhamon

Un article du site www.egyptos.net

En juin 2009, l’Egypte annonçait que des chercheurs égyptiens s’étaient lancé le défis de répondre à la question : Akhenaton était-il le père de Toutankhamon ?

Pour élucider cette question, des experts de la faculté de médecine de l'Université du Caire (associés à quelques spécialistes allemands et italiens) et à l'aide de techniques sophistiquées offertes par les chaînes Discovery et National Geographic, allaient procéder à des tests ADN ainsi que des tests radiologiques sur plusieurs momies.

Zahi Hawass devant la momie de Toutankhamon.

Zahi Hawass devant la momie de Toutankhamon.

Ces tests ADN sont les premiers tests autorisés par le Conseil suprême des antiquités égyptiennes (CSA), CSA qui s'était toujours opposé aux analyses des momies car elles étaient menées par « des étrangers et dans des laboratoires non spécialisés ».

Les résultats, après plus de deux ans d'enquêtes génético-médico-légales concernant Toutankhamon et de dix momies de ses proches parents, ont été révélés mercredi 17 février 2010 par un Zahi Hawas en grande forme et dans un article publié dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Plus de seize momie ont été étudiées lors de ces analyses et les scientifiques peuvent aujourd’hui annoncer, que le très emblématique pharaon Akhenaton (momie retrouvé dans le KV55), serait le père de Toutankhamon. Quant à sa mère, est-ce la belle et célèbre Néfertiti ? Est-ce Kiya, la deuxième épouse d’Akhenaton, d'origine étrangère? Ou bien encore Maïa, sa nourrice ? Ce que les scientifiques sont sûr à 99.99%, c’est que la momie retrouvée dans la KV35, connue sous le nom de «Younger Lady» ou KV35Yl, est bien la mère de Toutankhamon. En effet, la « Younger Lady » présente une similitude morphologique et le même groupe sanguin que Toutankhamon ce qui fait d’elle sa sœur et très probablement sa mère. Toutankhamon serait donc le fruit d'un inceste, pratique très courante à cette époque et qualifiée de ce que l’on pourrait dire de normal.

«Nous avons refait plusieurs fois nos analyses, et nous les avons recommencées dans un autre laboratoire», déclare le Dr Carsten Pusch de l'université de Tübingen en Allemagne. «Le but était d'éviter toute contamination éventuelle par de l'ADN moderne.»

L'ADN des momies était remarquablement bien conservé. L'équipe suppose que cette conservation surprenante découle des méthodes spéciales d'embaumement réservées au pharaon et aux membres de la famille royale.

Les résultats de ces tests ADN ont permis au scientifique de réorganisation la filiation royale sur plus de cinq générations. On apprend que Aménophis 3 et son épouse Tiyi étaient les parents d’Akenaton et de la « Younger Lady » et que les deux fœtus retrouvés dans le tombeau de Toutankhamon seraient bien sa descendance.

Avec ces révélations sur la filiation du pharaon le plus célèbre de la vallée des rois, nous apprenons également la cause de son décès. Pendant longtemps et à cause du trou dans son crâne, l’hypothèse que le jeune pharaon avait été assassiné était émise par les scientifiques. Pour certains, il serait mort en chutant de son char ; pour d'autres, c'est le coup porté à la tête par un cheval ou un autre animal qui l'aurait achevé. On a aussi évoqué une septicémie, une embolie, un empoisonnement, un assassinat avec un objet contondant. Finalement, le jeune pharaon serait mort des complications d'une blessure à la jambe, aggravée par le paludisme.

Les tests génétiques et les radiographies ont mis au jour l’existence d'une malformation osseuse dans la famille royale appelée maladie de Kohler. Toutankhamon souffrait de ce mal qui attaquait ses cellules osseuses. Ainsi la présence de nombreuses cannes et d’une trousse de pharmacie dans son sarcophage pourrait appuyer cette révélation.

De plus les analyses d'ADN ont révélé la présence de trois gènes liés au parasite Plasmodium falciparum responsable du paludisme chez le pharaon et trois autres membres de sa famille.

«Toutânkhamon semble avoir souffert de la forme la plus grave de paludisme, la malaria tropica, causée par le Plasmodium falciparum», souligne le Dr Pusch. «L'association de cette infection avec la nécrose osseuse pourrait avoir été fatale.»

Enfin aucune indication ne vient valider l’hypothèse qu’Akhenaton et Toutankhamon auraient pu souffrir du syndrome de Marfan, maladie souvent avancé par les scientifiques pour expliquer les représentations androgynes de Toutankhamon et de son père. Cette représentation semble plus relevé de l’art de l’époque que d’une quelconque maladie génétique.

Notre très cher Zahi Hawass est de plus en plus présent sur nos écrans, et il ne serait pas étonnant qu’il profite des prochains mois pour nous proposer un nouvel épisode de son show. La suite au prochain épisode...

Source :

Article du JAMA (eng)
Université de Tübingen (fr)
Empreintes génétiques, de Grégory à Toutankhamon (fr)

Auteur : Nico
Mise en ligne le : jeudi 18 février
Dernière mise à jour le : jeudi 18 février
URL : http://www.egyptos.net/egyptos/actualite-egypte/quelques-mysteres-sur-toutankhamon-devoiles-par-la-genetique.php