Soldat de pharaon

Un article du site www.egyptos.net

Très tôt dans son histoire, l’Egypte a voulu se doter d’une armée. Plusieurs raisons expliquent ceci ; tout d’abord pour se protéger des attaques venues des terres voisines, mais aussi pour élargir son territoire ou encore assurer le contrôle de ses lointaines colonies. Notez que la seconde raison était souvent employée comme argument de défense par les pharaons désireux de conquêtes.

Il faut cependant avouer que les égyptiens étaient plutôt des paysans que des guerriers. Malheureusement, l’Egypte a été souvent l’objet de convoitises de la part de différents peuples. En particulier à cause de la grande fertilité de ses terres. Par exemple, vers le XVIIIème siècle avant notre ère (seconde période intermédiaire), le pays a subi de nombreuses attaques d’une peuplade venue d’Asie : les Hyksos. La nécessité de se protéger des invasions les poussa donc à former une armée de métier.

L’armée égyptienne fut une institution très organisée. Même si les hauts responsables étaient plutôt choisis dans l’entourage proche du roi (noblesse, haute bourgeoisie), les fantassins (ou simples soldats) étaient, quant à eux, recrutés dans les couches populaires les plus défavorisées. Il ne faut pas oublier qu’être soldat de pharaon donnait droit à certaines faveurs. Souvent, ils recevaient des terres ou des avantages en nature comme un supplément de viande ou de blé pour la garde royale.

Au sein de l’armée, on retrouvait une hiérarchie organisée avec une infanterie composée de compagnies de 200 soldats chacune. On regroupait ces compagnies en divisions d’environ 5 000 hommes. Un chef militaire en avait la charge. Ce dernier s’entourait de sous dirigeants qui avaient la responsabilité des sous unités de la division. Comme à notre époque, les grades étaient indiqués sur l’uniforme par un symbole précis.

Par exemple, pour un commandant, on avait le signe de la ceinture :

S24
.

Au sein même de l’infanterie, on retrouvait différentes spécialités militaires :

Ramsès II sur son char, armé d’un arc lors de la bataille de Qadesh, Abou Simbel, Egypte

Du côté des armes employées, elles étaient diverses et ont évolué au fur et à mesure des conquêtes, les différentes cultures s’influençant mutuellement. On trouvait par exemple des lances, des javelots, des haches ou encore une arme très courante : le sabre courbe que l’on appelait « kopesh ». Cette arme inspira probablement les célèbres cimeterres du Moyen-Orient, repris par les Européens lors des croisades au Moyen-âge. Concernant les arcs, leur forme a beaucoup évolué. Les premiers arcs étaient simples, fragiles puis nous sommes passés à l’arc triangulaire, plus pratique et plus puissant. Enfin, la dernière évolution est l’arc composite avec sa triple courbure, très puissant, inspiré des armes Hittites. Il faut ajouter à cela les différents boucliers disponibles qui pouvaient être en bois, en peau tendue ou en roseau tressé.

Vous constatez que la panoplie du soldat était assez conséquente. C’est pourquoi, on nommait souvent les soldats de l’infanterie « les hommes aux bras forts » ; en égyptien : « Nokhtu-aa ». D’ailleurs, le mot « soldat » s’écrit de la façon suivante :

G45G43D40

Transcription : « ouaou »

On y trouve un avant bras tenant un bâton, synonyme de force, comme précédemment.

L’armée de Pharaon en marche, Musée du Caire, Egypte.

Lors du déclenchement d’une guerre, tous les soldats appelés par pharaon se réunissaient pour la cérémonie de remise des armes. Souvent, le souverain lui-même assistait à la distribution. Il en profitait pour prononcer un discours puissant pour donner force et courage à ses troupes.

Avec autant d’hommes engagés, le problème de la nourriture se posait lorsque les conquêtes se faisaient de plus en plus lointaines. Ainsi, la seule solution de survie de l’armée résidait dans le pillage des ressources locales. Les paysans n’avaient pas d’autres choix que de se plier à la volonté des soldats. Mais hélas, souvent, la nourriture venait à manquer, ce qui rendait les conditions extrêmement difficiles pouvant conduire les hommes à la mort. En effet, si ce n’était pas la faim qui les tuait, c’est l’ennemi qui profitait de l’affaiblissement de l’armée.

Les récits militaires sont très nombreux en Egypte ancienne, les pharaons aimant beaucoup vanter leurs exploits pendant les batailles. Mais c’est surtout durant le Nouvel Empire que nous possédons la plus riche documentation. Les plus célèbres récits sont ceux de Thoutmosis III ou encore les campagnes contre les Hittites de Ramsès II (notamment la fameuse bataille de Qadesh). Durant cette dernière, l’armée du grand conquérant avait été découpée en quatre divisions dont chacune portait le nom d’un dieu : Seth, Amon, Râ et Ptah. Pharaon commandait la division d’Amon et avait disposé ses troupes avec stratégie. Malgré cela, l’armée tomba dans une embuscade. La légende raconte que « pharaon aurait surgi de nulle part et aurait mis les troupes ennemis en déroute, tel Montou (le dieu de la guerre) ».

Panoplie d'armes égyptiennes.

Vous avez du le constater tout au long de cet article, l’armée égyptienne a évolué au fil du temps grâce à ses différentes conquêtes. En effet, les civilisations conquises lui apportèrent de nombreuses techniques (dans le domaine de la métallurgie, par exemple). C’est certainement aux Hittites que l’on doit le passage des armes en bronze aux armes en fer de l’armée égyptienne. Avant cela, ce sont probablement les Hyksos qui ont répandu l’usage du char. Ce dernier allait devenir par la suite une arme redoutable des égyptiens, malheureusement pour leurs ennemis ! C’est ainsi que les forces militaires de l’Egypte allaient dominer toute la région du Proche-Orient pendant des siècles.

Pour finir, il faut savoir que, du fait des conditions très rudes des guerres (pas ou peu d’eau et de nourriture), les égyptiens ont fini, petit à petit, par se détourner des métiers des armes. C’est la raison pour laquelle, à partir de la XVIIIème dynastie, on pouvait retrouver des soldats étrangers dans les rangs de pharaon. En somme, le métier de soldat commençait à devenir de moins en moins populaire.

Auteur : Benjamin
Mise en ligne le : jeudi 17 mai
Dernière mise à jour le : jeudi 17 mai
URL : http://www.egyptos.net/egyptos/viequotidienne/soldat-egypte-ancienne.php