Les articles

Somtous

Dieux et Divinités Egyptiens, mercredi 17 juin 2009 par Benjamin

Somtous : (...) Hérakléopolis. Il s’agit du nom grec de l’ancienne cité égyptienne Hout-nen-nesout, capitale du XXème nome de Haute-Egypte. Ce nom signifiait « le palais de l’enfant royal ». L’appellation actuelle de cette antique cité est Ihnasya el-Medina. Il était le plus souvent représenté par un enfant assis sur un lotus ouvert, coiffé du némès et tenant par (...) Lire la suite

La légende d'Osiris (vidéo)

Dieux et Divinités Egyptiens, dimanche 11 septembre 2011 par Alexandre NOYER

Vidéo - La légende d'Osiris : (...) us anciens nous a été rapporté par un écrivain grec, Plutarque. En voici une interprétation à travers un film d'animation realisé par Alexandre NOYER à l'atelier d'animation d'Annecy. Pour donner vos impressions sur le film, n'hésitez pas à contacter son auteur à musecyan@hotmail.com . (...) Lire la suite

L’alphabet grec, une étape clé

Histoire et Chronologie, mercredi 18 juillet 2007 par Benjamin

L’alphabet grec, une étape clé : (...) remier à intégrer des voyelles. C’est également à cette période que le concept de majuscule et de minuscule est apparu. L’apport non négligeable de cette culture mérite donc que l’on s’y attarde. Comme cela a déjà été évoqué, l’alphabet grec dérive de celui employé auparavant par les phéniciens. Ce dernier est composée de 22 lettres, toutes des conso (...) Lire la suite

Hérychef (Harsaphès)

Dieux et Divinités Egyptiens, mardi 28 avril 2009 par Nico, Benjamin

Hérychef (Harsaphès) : (...) olis. Il s’agit du nom grec de l’ancienne cité égyptienne Hout-nen-nesout, capitale du XXème nome de Haute-Egypte. Ce nom signifiait « le palais de l’enfant royal ». L’appellation actuelle de cette antique cité est Ihnasya el-Medina. Il était représenté le plus souvent sous la forme d’un homme à tête de bélier, coiffé de la couronne atef à laquel (...) Lire la suite

Khéphren

Pharaons, mercredi 16 novembre 2005 par Benjamin

Khéphren : (...) yptien : Khâef Rê Translittération : xafra Transcription : Khafrê Son père était Khéops, sa mère Henoutsen et son demi-frère Djédefrê. Son fils : Mykérinos. Khéphren est évidemment associé à l’une des trois pyramides de Gizeh (sa pyramide est presque aussi monumentale que celle bâtie par Cheops), il est ainsi un des pharaons (...) Lire la suite

Jupiter Sérapis

Dieux et Divinités Egyptiens, samedi 24 décembre 2005 par Nico

Jupiter Sérapis (Sarapis) | Dieu de l'Egypte | Dieux égyptiens : (...) ne abondante barbe (comme Zeus). Divinité née de l’assimilation de Jupiter, dieu suprême de la religion romaine (le Zeus des Grecs), à Sérapis, d’origine gréco-égyptienne, considéré lui aussi comme le dieu suprême de l’Etat et une divinité cosmique. Le dieu rendait des oracles qui jouissaient d'un grand renom, il était principalement invoqué comm (...) Lire la suite

L’écriture égyptienne et son évolution

Histoire et Chronologie, mercredi 18 juillet 2007 par Benjamin

L’écriture égyptienne et son évolution : (...) l’un des principaux responsables. Avec plus de 3000 ans d’histoire, ce peuple a su traverser les siècles par le biais de son art et de son talent incomparable. Les hiéroglyphes, longtemps considérés comme de simples dessins décoratifs, en sont une des manifestations. Selon toute vraisemblance, la civilisation égyptienne aurait développé son langage (...) Lire la suite

Les liens entre les écritures

Histoire et Chronologie, mercredi 18 juillet 2007 par Benjamin

Les liens entre les différentes formes d’écritures : (...) ans le but d’illustrer le dossier présenté. Elle permet de distinguer clairement les liens qui existent entre les toutes premières écritures de l’humanité et celles que nous connaissons actuellement. Bien évidemment, les interactions entre différents dialectes et les influences culturelles que subit tout un peuple sont multiples ! C’est pourquoi le proc (...) Lire la suite

Mykérinos

Pharaons, dimanche 20 novembre 2005 par Benjamin

Mykérinos : (...) om égyptien : MenkaouRê Translittération : MnkA.w-ra Son père est Khéphren et son grand père Khéops. On ne sait rien de sa mère. Son fils : Shepseskaf. On ne sait quasiment rien de son règne à l’exception de quelques récits rapportés par des observateurs étrangers tel Hérodote. D’après ce dernier, Mykérinos fut un pharaon trè (...) Lire la suite

Initiation aux hiéroglyphes

Les hiéroglyphes / L'écriture, samedi 30 septembre 2006 par Benjamin

Initiation à la lecture des hiéroglyphes : (...) ernière est très complexe et présente de nombreux aspects. Elle possède une richesse inouïe témoignant de l’art incomparable et l’intelligence des Egyptiens. Peu de gens en détiennent tous les secrets de nos jours. En effet, beaucoup de passionnés se bloquent devant la quantité impressionnante de symboles à connaître et le nombre important de sens qu’il (...) Lire la suite

Imhotep

Dieux et Divinités Egyptiens, jeudi 20 octobre 2005 par Nico

Imhotep | Dieu de l'Egypte | Dieux égyptiens : (...) , vêtu d’une courte jupe, le crane rasé, lisant un rouleau de papyrus posé sur ses genoux. Vizir du pharaon Djoser pour lequel, selon la légende, il construisit la pyramide à degrés de Saqqarah. Imhotep a aussi apporté à l'Egypte quelques innovations tel la généralisation de l'utilisation de la pierre pour les monuments funéraires, ou encore une (...) Lire la suite

Bibliographie

Histoire et Chronologie, mercredi 18 juillet 2007 par Benjamin

Dossier l'écriture à travers le temps - bibliographie : (...) Naissance de l'écriture : cunéiformes et hiéroglyphes : [exposition], Galeries nationales du Grand Palais, 7 mai-9 août 1982 / auteur Grand Palais (Paris). - Paris : Editions de la Réunion des musées nationaux, 1982. - 383 p. Les Mésopotamiens / Jean-Cl. Margueron.- Paris : Picard, 2003 - 447 p. Ougarit : la terre, le ciel / textes réunis par (...) Lire la suite

Iabtet

Dieux et Divinités Egyptiens, mercredi 17 juin 2009 par Benjamin

Iabtet : (...) . Elle était représentée par une femme portant sur sa tête le symbole égyptien de l’Orient : . Il était constitué d’une hampe (une sorte de tige) sur laquelle reposait un petit arbuste. Les deux ronds latéraux évoquaient les potentiels fruits de celui-ci. La plupart du temps, Iabtet était figurée avec le sceptre ouas à la main. Croquis d'I (...) Lire la suite

Imentet

Dieux et Divinités Egyptiens, mercredi 17 juin 2009 par Benjamin

Imentet : (...) gypte. Elle était représentée par une femme portant sur sa tête le symbole égyptien de l’Occident : . Il était constitué d’une hampe (une sorte de tige) sur laquelle était fixé un support pouvant accueillir soit un faucon, soit une plume d’autruche, voire les deux en même temps. La plupart du temps, Imentet était figurée avec le sceptre ouas à la (...) Lire la suite

Mythe de la création (Osirien)

Dieux et Divinités Egyptiens, mercredi 25 janvier 2006 par Nico

Mythe de la naissance de l'Egypte Dieux | Dieux égyptiens : (...) nciens nous a été rapporté par un écrivain grec, Plutarque. L’histoire de l’Egypte commence avec Atoum, le soleil. Il s’était créé lui-même en sortant du grand océan primordial, le Noun. Atoum créa Shou, divinité de l’air et Tefnout, divinité de l'humidité et des nuages. Shou et Tefnout forma le premier couple divin. Sur ordre de Rê jaloux, Shou (...) Lire la suite

Lettre à Mr Dacier

Les hiéroglyphes / L'écriture, lundi 10 octobre 2005 par Nico

Lettre à Mr Dacier par Champollion : (...) rte d'un système de déchiffrement des hiéroglyphes. « Monsieur, Je dois aux bontés dont vous m'honorez l'indulgent intérêt que l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres a bien voulu accorder à mes travaux sur les écritures égyptiennes, en me permettant de lui soumettre mes deux mémoires sur l'écriture hiératique ou sacerdotale, et s (...) Lire la suite

Cheops

Pharaons, mardi 27 septembre 2005 par Nico, bonnemine35

Cheops (Kheops) : (...) om d’Horus : Medjedu. Nom de Fils de Rê : Khoufou diminutif de Khnoum-khouefoui, "Khnoum me protège". Transcription : Khoufou Snéfrou et Hétépheres Djedefrê (son fils). Cheops… ce nom fait rêver ! Cheops était en effet le bâtisseur de la première merveille du monde : la Grande Pyramide de Gizeh. Avec une base de 230m de côté et un (...) Lire la suite

Les écritures indéchiffrées

Histoire et Chronologie, mercredi 18 juillet 2007 par Benjamin

Les écritures indéchiffrées : (...) tes de langues et de façons de les noter. Les deux problèmes majeurs résident dans le fait que ces anciens systèmes graphiques ont été oubliés depuis très longtemps ou que peu d’exemplaires ont été retrouvés. L’ensemble de ces obstacles aboutit à ce que quelques formes d’écriture demeurent encore indéchiffrées à l’heure actuelle ! La plus célèbre d’e (...) Lire la suite

La journée

Rencontres égyptologiques, mercredi 28 février 2007 par Nico, Vincent Euverte, Benjamin Wiacek

Trésors engloutis d'Egypte (25/02/07) - La journée : (...) sien, un peu avant 10h devant le musée du Vin. Peu après, Pascal et Bernard nous rejoignent et nous entrons tous ensemble à l’intérieur. L’expo, qui porte sur le vin en Egypte, est composée de panneaux en couleur très bien faits qui nous racontent l’histoire de ce breuvage dans l’Ancienne Egypte, de la culture à la consommation, en passa (...) Lire la suite

Le site de Saqqarah

Pharaons, lundi 02 juillet 2007 par Benjamin

Le site de Saqqarah : (...) es capitales de l’Egypte antique. Située à moins de 30 kilomètres du Caire, sur la rive gauche du Nil, elle contient les sépultures de nombreux pharaons et hauts fonctionnaires égyptiens. Situation géographique de Saqqarah (Image originale Wikipédia) Le complexe funéraire ne compte pas moins d’une quinzaine de monuments datant de différentes é (...) Lire la suite

Limites de cette médecine

Vie Quotidienne, lundi 22 août 2005 par Nico, Aude

Médecine en Egypte ancienne - Les limites de la médecine égytienne : (...) bords de l’idée que la maladie est due à l’intervention de puissances surnaturelles, dieux ou démons. Mais, contrairement à ce qu’on a souvent cru, les premiers signes d’une approche rationnelle des maladies sont apparus bien avant Hippocrate et le miracle Grec. Dans des papyrus égyptiens antérieurs de plus d’un millénaire à Hippocrate, on trouve déjà, (...) Lire la suite

Jour 1 : Samedi 20 avril 2002

Visites/Voyages, mardi 06 décembre 2005 par Benjamin Wiacek

Le voyage de Nefermaat (avril 2002) - Croisière de Louxor à Assouan - Jour 1 : Samedi 20 avril 2002 : (...) n’y avait pas encore beaucoup de circulation sur l’autoroute. Un panneau indiquait la sortie pour l’aéroport. J’allai prendre l’avion pour partir une semaine en Egypte. L’Egypte… Depuis le temps que je rêvais d’y aller… Cela faisait de nombreuses années que je m’étais découvert une passion pour l’Egypte ancienne. Tout avait commencé lorsque j’étais e (...) Lire la suite

L’écriture : apparition et premières formes

Histoire et Chronologie, mercredi 18 juillet 2007 par Benjamin

L’écriture : apparition et premières formes : (...) formidable avancée permise par l’apparition de l’écriture. Elle est en quelque sorte la forme matérielle du langage. Mais attachons nous tout d’abord à définir ce qu’est le langage. Il s’agit en fait d’un moyen d’expression de la pensée et de communication entre différents sujets. Il peut être présenté grâce à deux types de symboles : des symboles (...) Lire la suite

Les lieux en hiéroglyphes

Les hiéroglyphes / L'écriture, mardi 10 février 2009 par Benjamin

Les lieux en hiéroglyphes : (...) elà du simple symbole et de la traduction littérale réductrice, l’écriture des anciens égyptiens était riche et permettait d’appréhender certains sujets avec une grande précision. Ce fut le cas avec les noms de lieux. En déchiffrant le nom d’un endroit, bien loin de la simple compréhension du mot, un nombre impressionnant d’informations nous parvenait s (...) Lire la suite

Akhenaton

Pharaons, mercredi 30 août 2006 par Benjamin

Akhenaton (ou Aménophis IV) : (...) c son père Amenhotep III) mais autour de 1353 à 1336 avant J.C. Nom de naissance : Nefer-Kheperou-Rê ; ouâ en Rê « les manifestations de Rê sont parfaites ; l’Unique de Rê » Nom de couronnement (1ère titulature) : Amen-hotep Netjer heqa Iounou « Amon est satisfait, le dieu régent d’Héliopolis » Nom de couronnement (2de titulature) : Akhenaton (...) Lire la suite

Jour 3 : Lundi 22 avril 2002

Visites/Voyages, mardi 06 décembre 2005 par Benjamin Wiacek

Le voyage de Nefermaat (avril 2002) - Croisière de Louxor à Assouan - Jour 3 : Lundi 22 avril 2002 : (...) Un endroit extraordinaire. Le paysage était désertique, les montagnes peu élevées mais je me sentais attiré par ce lieu. Il y a plus de 3500 ans, on creusait les demeures d’éternité des pharaons du Nouvel Empire (les plus célèbres, des noms qui font rêver : Amenhotep, Thoutmosis, Séthi, Ramsès…). En arrivant, je vis les scènes d’autrefois : le cortège f (...) Lire la suite

La Basse Époque

Histoire et Chronologie, mardi 15 janvier 2008 par Nico, Francois Daumas

La Basse Époque de l'Egypte antique ancienne : (...) ccessives de souverains étrangers, entrecoupée de courtes périodes d'indépendances. La Basse Époque s'étend approximativement de ~664 av J.C. à ~332 av J.C. La Basse Époque englobe les dynasties XXV à XXXI. Pour en savoir plus, voir l'article : Listes des pharaons La période précédent la Basse Époque est appelée la troisième période inter (...) Lire la suite

Amenhotep III

Pharaons, vendredi 17 juillet 2009 par Elsa Fournié

Amenhotep 3 (Aménophis 3) : (...) tmosis IV et sa Grande Epouse Royale Moutemouya. Amenhotep IV, son fils, qui prend ensuite le nom d’Akhenaton. Trop jeune lorsqu’il accède sur le trône, c’est sa mère Tiy qui assure la régence. Statue d'Amenhotep III retrouvée dans la cachette de la cour du temple d’Amon à Louxor, Musée de Louxor, Égypte. Amenhotep n’a que 12 (...) Lire la suite

Symbolique des animaux

Dieux et Divinités Egyptiens, lundi 16 mars 2009 par Nebetbastet

Symbolique des animaux en Egypte antique : (...) ion des fidèles dans les temples, était une caractéristique de la religion égyptienne. De leur temps, chaque nome vénérait une espèce animale particulière et la considérait tout entière comme divine sur l’étendue de son territoire. On retrouve dans les hiéroglyphes de très nombreux animaux dans un sens figuratif, mais également symbolique et phonétiq (...) Lire la suite

Liste des dieux égyptiens

Dieux et Divinités Egyptiens, mercredi 12 octobre 2005 par Nico

Liste des divinités et dieux egyptiens | Dieux égyptiens : (...) es éléments naturels, des événements de la vie et des sentiments. Ainsi, le panthéon égyptien fut l'un des plus imposants de toute l'histoire avec plus de sept-cents divinités. Voici une Liste non exhaustive des dieux égyptiens et divinités de l'Egypte antique : ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ A Ach: Dieu du désert de Libye proche d (...) Lire la suite

Le dictionnaire

Abaton :

Lieu interdit, au sens grec du terme, il est situé sur l'île de Bigeh, que les égyptiens appelaient aussi Senmout, près de la première cataracte. Cette île était interdite au commun des mortel et ne pouvait être approchée que par des prêtres purifiés qui venaient faire des offrandes aux Dieux. Le sanctuaire contenait 365 autels, un pour chaque jour de l'année.

Alexandrie :

Alexandre le Grand, le macédonien, fit la conquête de l'Egypte en 332 avant J.C. Il choisit le petit village de pêcheurs de Rhakotis pour y fonder la nouvelle Capitale de l'Egypte qu'il nomma Alexandrie. Ville portuaire, elle devint le centre commercial principal du bassin méditerranéen et prit dès lors un essor extraordinaire. Son premier architecte fut Dinocratès qui en fit une ville moderne qui s'étendait sur 5 km avec des rues qui s'entrecoupaient à angles droits. Célèbre et pourtant invisible à nos yeux aujourd'hui suite à un tremblement de terre qui détruisit une partie de la ville, le Phare, qui était construit sur l'île de Pharos, était relié au continent par une digue qui séparait les deux ports, l'Eunostos et le Grand Port. Dans cette ville cosmopolite, l'Orient et l'Occident se côtoyaient. 300.000 habitants selon Diodore de Sicile, sans compter les esclaves, où se mêlaient égyptiens, juifs, grecs ou romains. Alexandrie devint un centre culturel international grâce à Démétrios de Phalère qui construisit la Grande Bibliothèque qui contiendra jusqu'à 700.000 volumes. Suivirent la fondation du musée qui servit d'Académie et d'Université. En 48 avant J.C., César s'installa à Alexandrie mais l'impopularité des romains suscita la révolte populaire et la Bibliothèque fut parciellement brûlée. Cléopâtre, à qui César avait donné le Trône d'Egypte, fut le dernier Pharaon d'Egypte. Avec elle le rôle politique d'Alexandrie prendra fin.

Améthyste :

Du grec amethustos, est une pierre fine selon la légende, préserve de l'ivresse. C'est un quartz translucide de couleur violette qui est utilisée comme pierre ornementale depuis la plus haute Antiquité.

Anthropomorphe :

Du grec anthrôpos, homme et morphê, forme. Les Égyptiens avaient tendance à attribuer aux objets, aux animaux et aux dieux l'aspect extérieur de l'homme.

Démotique :

Démotique

Du grec demotikos, forme scripturale populaire, dérivant du hiératique, apparue vers 600 avant J.C., le démotique exprime le langage parlé au Nouvel Empire. Sous les Ptolémée, elle est l'écriture des livres et fut utilisée sur les pierres des monuments, spécialement sur les stèles commémoratives et funéraires. La célèbre pierre de Rosette comportait un texte écrit à la fois en hiéroglyphes, en grec et en démotique.

Dromos :

Dromos

Nom donné par les grecs, à l’allée menant au temple. Elle est généralement bordée de sphinx. La plus connue est celle qui relie les temples de Louxor et karnak.

Epagomène :

Se dit des 5 jours qui, chez les Égyptiens et les Grecs, comblaient le décalage entre l'année civile et l'année solaire. En Egypte ces 5 jours représentaient l'anniversaire de 5 dieux les plus populaires: Osiris (14 juil.), Horus (15 juil.), Seth (16 juil.), Isis (17 juil.) et Nephthys (18 juil.).

Héliopolis :

Héliopolis

La cité du pilier, la cité du dieu Rê se situe à l'extrémité sud du Delta. Elle s'appelait Ioun sous l'Egypte antique et ne fut baptisée Héliopolis que sous les grecs. Elle prit une importance grandissante à partir de la Veme dynastie où des temple solaires furent édifiés en l'honneur du dieu. Le clergé héliopolitain joua alors un rôle spirituel jusqu'à l'époque grecque.

Hiératique :

Du grec hieratikos (sacré), c'est la forme cursive simplifiant l'utilisation de l'écriture par rapport à sa forme hiéroglyphique. Utilisée dans l'administration et le commerce, elle est apparue dès l'époque thinite. Ecriture des scribes, elle s'écrivait de droite à gauche, horizontalement comme les écritures sémitiques et fut utilisée jusqu'à l'époque romaine.

Nil :

Fleuve africain (6700 km), son bassin représente 3 millions de Km2, venant du nord-est du Congo (Kinshasa), il traverse le Soudan et l'Egypte et se jette dans la méditérranée. Ce fleuve magnifique, dont les crues fertilisantes créèrent un jardin au milieu du désert, fit dire à l'historien grec, Hérodote, L'Egypte est un don du Nil.

Nomarque :

Chef d'une division territoriale de l'ancienne Egypte appelée Nome par les grecs.

Parèdre :

Terme issu de l'antiquité grecque signifiant littéralement « assis près », « qui est assis à côté de ». Il s'emploie pour qualifier une divinité étant l'opposé d'une autre divinité, souvent d'un autre sexe mais pas toujours, par exemple Amonet est la version féminine de Amon. Dans la mythologie égyptienne, pratiquement toutes les divinités étaient associées par paires. Attention le parèdre d'une divinité n'est pas l'épouse ou l'époux de l'autre divinité (exemple Amonet n'est pas l'épouse d'Amon).

Rosette (pierre de) :

Rosette (pierre de)

Pendant 1400 ans personne ne put lire l'écriture des anciens égyptiens. Certains grands esprits scientifiques tentèrent de déchiffrer ces mystérieux signes idéographiques, mais sans résoudre le problème. En 1799, un soldat de l'armée Napoléonienne découvrit à Rosette une pierre de basalte noir contenant un texte rédigé en trois écritures différentes. La partie supérieure comportait des signes hiéroglyphiques, la partie centrale était rédigée en démotique et le bas en grec. Le texte, un édit royal datant du 27 mars en 196 avant J.C. faisait mention des avantages dont bénéficiait Ptolémée V Epiphane sur l'Egypte au moment de son couronnement. La pierre fut confisquée à l'armée française par la marine britannique, mais des copies des trois textes furent mises à la disposition des grands linguistes européens. Jean-François Champollion fut le premier à trouver la clé. Pendant 14 ans, il étudia ces textes, les compara à d'autres et en 1822 annonça, dans une lettre à l'Académie Royale des Inscriptions, qu'il avait découvert le concept de l'écriture hiéroglyphique. La pierre de Rosette venait d'ouvrir les portes de l'égyptologie.

Spéos :

Nom grec désignant les temples rupestres d'Egypte.

Sphinx :

« Sphinx » est un mot grec dérivant du sanskrit sthag (en pâli, thak) signifiant « dissimulé », ou du mot Shesepankh en ancien égyptien qui signifie « statue vivante ». Le sphinx est un animal à corps de lion et à tête humaine, il monte la garde aux portes du monde souterrain.

Uraeus :

Uraeus

Nom grec du cobra porté au front par les dieux à caractère royal. Assimilé à l'oeil de Ré, il protégeait le Roi. Le Cobra était considéré comme le guardien du Pharaon car les anciens Egyptiens croyaient en la vigilance du serpent dont les yeux sont dépourvus de paupières et de ce fait plus en éveil contre le danger.

Les photos

Bagues et boucles d’oreille : (...) Les chatons de ces bagues ne sont pas décorés. Le système d’attache fait penser à une boucle d’oreille plutôt qu’à une bague. Elle est ornée d’une croix grecque entourée d’une guirlande de poinçons triangulaires. Ces bijoux datent du 6ème siècle. (...) Lire la suite / Voir l'image

Casque : (...) Casque en bronze (5° / 4° siècle avant notre ère) de type chalcidien. D’abord fabriqué en Grèce occidentale, ce casque sera par la suite adopté à Athènes. Des sourcils sont estampés sur la calotte. (...) Lire la suite / Voir l'image

Monnaie gréco-romaine : (...) Monnaie gréco-romaine. (...) Lire la suite / Voir l'image

Monnaie gréco-romaine en or : (...) Monnaie gréco-romaine en or. (...) Lire la suite / Voir l'image

Peintures au plafond : (...) Peu de sites ont attiré autant de voyageurs, écrivains, photographes, que Karnak. Les grecs furent les premiers à parler de cette ville qui n’était connue que par leurs écrits. (...) Lire la suite / Voir l'image

Pressoir sculpté et décoré avec le dessus d’une niche : (...) En haut : « Le pressoir » Le personnage tenant une grappe représente peut-être le dieu Dionysos allongé sur un lit de style grec. Les inscriptions en hiéroglyphe sont une énigme. En bas : « La Niche » Cet élément sculpté dans un seul bloc provient sans (...) Lire la suite / Voir l'image

Quatre pièces gréco-romaines en or : (...) Quatre pièces gréco-romaines en or. (...) Lire la suite / Voir l'image

Statue de reine (1) : (...) Les bras collés au corps, le pied gauche en avant, confère une allure pharaonique à cette souveraine. Cette représentation à l’égyptienne en granit noir est cependant troublée par le traitement des étoffes en « drap mouillé » qui rappelle les marbres grec (...) Lire la suite / Voir l'image

Statue de reine (2) : (...) Les bras collés au corps, le pied gauche en avant, confère une allure pharaonique à cette souveraine. Cette représentation à l’égyptienne en granit noir est cependant troublée par le traitement des étoffes en « drap mouillé » qui rappelle les marbres grec (...) Lire la suite / Voir l'image

Statue de reine (dessin) : (...) Les bras collés au corps, le pied gauche en avant, confère une allure pharaonique à cette souveraine. Cette représentation à l’égyptienne en granit noir est cependant troublée par le traitement des étoffes en « drap mouillé » qui rappelle les marbres grec (...) Lire la suite / Voir l'image

Tombe transformée en chapelle : (...) Cette tombe de Khounes a été réutilisée comme église / chapelle par les Coptes.La langue copte est la seule descendance de l'égyptien classique. C'est donc une langue afro-asiatique. On compte plusieurs dialectes : - Sa'idique - Bohaïrique - Akhmim (...) Lire la suite / Voir l'image