Akhenaton

Un article du site www.egyptos.net

Nouvel Empire, XVIIIème dynastie. Ses dates de règne sont controversées (peut-être une corégence avec son père Amenhotep III) mais autour de 1353 à 1336 avant J.C.

Titulature :

Nom de naissance : Nefer-Kheperou-Rê ; ouâ en Rê « les manifestations de Rê sont parfaites ; l’Unique de Rê »

<
C2F35L1N5 Z2s
T21
N35
>
<
C2F35L1Z2s N5
T21
N35
>

Nom de couronnement (1ère titulature) : Amen-hotep Netjer heqa Iounou « Amon est satisfait, le dieu régent d’Héliopolis »

<
M17Y5

N35
R4R8S38S40
>

Nom de couronnement (2de titulature) : Akhenaton « Celui qui est utile à Aton »

<
M17X1
N35
N5
G25Aa1

N35
>

Parents :

Il est le fils du pharaon Aménophis III et de la Grande Epouse Royale Tiyi. Il aurait assuré une corégence avec son père pendant 3 années mais nous n’en sommes pas certains. En effet, à l’époque, Amenhotep III était très malade et ne pouvait plus régner seul. Aménophis IV serait donc monté sur le trône à 15 ans.

Successeur :

Il gouverna auprès de son épouse, la célèbre Néfertiti. Ce fut ensuite le jeune Toutankhamon, (Toutankhaton au début de son règne) avec son épouse royale Ankhesenpaamon, qui leur succéda.

Biographie :

On l’appelle Amenhotep IV, Aménophis IV ou même encore Akhenaton. Mais d’où lui viennent tous ses noms ?

Au début de sa vie, le futur pharaon prit le nom Nefer-Kheperou-Rê (les manifestations de Rê sont parfaites). Il passa son enfance sous le règne de son père : Amenhotep III. Puis, vint le moment où ce dernier tomba malade. Ne pouvant plus assurer la direction de son Royaume, on suppose qu’il appela son fils pour assurer une corégence à ses côtés. C’est à ce moment là, à l’âge de 15 ans, que Nefer-Kheperou-Rê> monta sur le trône et prit le nom d’Amenhotep IV (en grec ancien : Aménophis IV). Trois années s’écoulèrent sous ce type de régime et son père finit par mourir, des suites de sa maladie. A partir de cet instant, Amenhotep IV devint le seul et unique grand Pharaon de l’Egypte ! On situe ceci vers 1350 avant J.C.

Amenhotep IV sur le trône d’Egypte ; Musée du Louvre, Paris.

Lors de ce couronnement, il était déjà marié à Néfertiti, qu’il épousa vers l’âge de 12 ans. Il s’agit de sa toute première épouse et comme son père, il choisit une épouse n’appartenant pas à la famille royale. Ils eurent ensemble 6 filles. Néfertiti ne fut pas la seule épouse du pharaon. On en connaît encore au moins 4 autres (Kiya, Tadukhepa, Mérytaton… etc). A priori, il n’aurait pas eu d’enfants avec ses autres épouses. Ou alors, il a tout fait pour les cacher, vu que nous n’en avons retrouvé aucune trace !

L’An IV du règne est un véritable tournant pour l’Egypte. En effet, si Amenhotep IV est connu, c’est bien pour avoir été l’un des précurseurs du monothéisme. Il voit en effet en Aton, le Dieu unique de l’Egypte. Cela dit, avant l’arrivée au pouvoir du pharaon, Aton était considéré comme un dieu mineur, sans grande importante. Mais depuis quelques décennies, le dieu avait vu son influence grandir, notamment grâce aux encouragements du pharaon Amenhotep III. Le fils de ce dernier est allé beaucoup plus loin. Alors que son père se cantonnait à de simples encouragements, Amenothep IV a décidé d’effacer de l’Egypte toute entière, les références à Amon. Cela passe bien sûr par la dissolution du clergé en place (rappelons que ce dernier était extrêmement puissant et rivalisait avec le pharaon lui-même !) mais aussi par la fermeture de tous les temples d’Amon. C’est à cette période que le pharaon décida de prendre un nouveau nom : Akhenaton (« celui qui est utile à Aton »). En rayant de la carte le culte polythéiste, le pharaon fit d’Aton le dieu Unique et tout puissant dont il était l’incarnation sur Terre. Sa représentation est le disque solaire, apportant chaleur et lumière (donc la vie) à l’humanité. De cette façon, il imposa au peuple une vision de son Dieu. C'est-à-dire que ceux-ci en voyaient la manifestation tous les jours (le soleil) et ne pouvaient ainsi pas contester son existence réelle. Ce qui n’était évidemment pas le cas pour Amon ; vu qu’à la base son nom signifie « caché », donc que l’on ne peut pas voir. Akhenaton avait compris que s’il arrivait à faire adopter ce principe à son peuple, son culte monothéiste ne s’en verrait que renforcer.

Comme autre grand changement en Egypte, Akhenaton décida de déménager l’ensemble de son « gouvernement » (le couple royal, les conseillers, le clergé etc…) dans une nouvelle cité (site actuel de Tell el-Amarna) : Akhetaton (« l’horizon d’Aton »). Ainsi, il quitta la capitale d’Amon, Thèbes, pour s’en créer une autre, propre à Aton. On raconte qu’il a choisi l’emplacement de cette dernière lors d’une promenade en soirée. Le disque solaire se serait couché sur une dune précise pendant toute la durée du voyage du pharaon, lui indiquant ainsi l’emplacement de la future cité construite en son nom.

On observe quelques constantes dans le règne d’Akhenaton. Il n’a pas touché aux fondements du pouvoir du pharaon par exemple. Ce dernier est toujours l’intermédiaire obligatoire entre le Dieu et les Hommes. Il se fait toujours représenter avec les attributs « classiques » d’un pharaon.

Le pharaon Akhenaton représenté avec ses attributs royaux ; Musée du Caire, Egypte.

On attribut toujours à Akhenaton toutes les modifications du Royaume Egyptien mais il ne faut pas négliger le rôle important de son épouse, Néfertiti. Elle est pour beaucoup dans l’adoption du monothéisme mais aussi dans la stabilité du Royaume. En effet, son pharaon était littéralement absorbé par le culte de son dieu Aton. Il ne préoccupait guère des affaires du Royaume et de la politique extérieure. C’est donc Néfertiti qui s’occupait de ces différentes tâches. Elle était en somme très influente ! L’empire se disloquait, les Hittites, les Assyriens gagnaient du terrain chaque jour. Heureusement, l’épouse royale se démenait pour toujours contrôler la situation.
On situe l’apogée du règne d’Akhenaton vers l’an XII. De nombreuses fêtes sont organisées, beaucoup de hauts dignitaires étrangers y assistent. Le culte d’Aton est accepté de tous. L’heure est encore à la prospérité. A cette période, on représente le pharaon et son épouse entourée de ses filles, sous la protection d’Aton, dans une scène de bonheur :

Akhenaton et Néfertiti en compagnie de leurs filles, sous la protection du dieu solaire Aton ; Musée du Caire, Egypte.

Si Akhenaton a marqué son époque avec les changements religieux, on peut aussi dire qu’il le fit avec l’art ! En effet, sous son règne, on retrouve de grands changements dans ce domaine. On constate la naissance de ce que l’on appelle, l’art amarnien. Cet art est caractérisé par un style mettant en avant la nature, les fleurs, les animaux. Il a aussi pour vocation de représenter les personnages d’une façon beaucoup plus réaliste qu’auparavant, moins idéalisante. On se demande même parfois si les traits du pharaon n’ont pas été exagérés volontairement, adoptant un style plus caricatural. On le voit par exemple à la forme de la tête ou du corps des personnages. Ou alors, est-ce une volonté du pharaon de se distinguer encore plus du commun des mortels afin de se rapprocher du divin ? Nous ne le savons pas avec précision mais la vérité doit certainement être proche de ceci. Voici un exemple d’une œuvre d’un artiste d’Amarna :

Fresque murale d’El-Amanara représentant deux filles d'Akhenaton ; Ashmolean Museum, Oxford.

On pense qu’Akhenaton aurait eu des dons de poète puisqu’il serait l’auteur du fameux « Grand Hymne à Aton », gravé sur la tombe d’Aÿ. Cela n’est pas certain vu que certains passages ont été repris d’anciens textes en l’honneur d’autres dieux. Bref, même s’il est l’auteur, quelques passages sont plagiés. Par la suite, cet hymne a été encore repris par des cultes plus récents, comme dans les Psaumes de David, chez les hébreux.

Vous constaterez que le règne d’Akhenaton est synonyme de bouleversement. Cependant, nous pouvons nous interroger si tout ceci a eu ou non un aspect bénéfique. Eh bien, l’Histoire nous montre qu’en fait, pas tellement. En effet, tout un culte a été effacé voire exterminé. Outre les dégâts matériels, c’est l’économie du pays qui en a pris un coup vu que tous les biens du clergé précédent ont été confisqués. Et c’est ce dernier qui contrôlait toute l’économie. Sans structure de remplacement, l’Egypte a connu une période assez vide économiquement parlant. D’autre part, comme dit plus haut, Akhenaton ne s’occupait guère de la politique extérieure. Seule Néfertiti s’en chargeait. Résultat, malgré ses efforts, l’empire forgé par les précédents pharaons commençait à perdre de son influence. Sans l’intervention de la Reine, qui sait ce qu’aurait été le territoire Egyptien…

Peu à peu, les alliés Egyptiens se faisaient attaquer par différents peuples (principalement les Hittites). De nombreuses villes tombèrent entre leurs mains : c’est le cas du royaume de Mitanni et de la ville de Qadesh. C’est dans un climat de conflit et de confusion qu’Akhenaton meurt vers 1336 avant J.C. C’est donc son épouse, Néfertiti, qui reprit le pouvoir à sa suite en attendant que le très jeune Toutankhamon soit en âge de lui succéder. Même si on pense que Néfertiti exerça encore son influence quelques années, il n’est pas impossible que ce soit la fille d’Akhenaton (MerytAton) qui ait pris le pouvoir à la mort de son père.

On ne sait pas grand-chose sur les circonstances de la mort d’Akhenaton. Il s’était évidemment fait beaucoup d’ennemis mais delà à voir un assassinat, rien ne peut le dire. Nous ne pouvons formuler que des hypothèses sans aucune certitude. Une chose est sûre, le culte d’Aton est quasiment mort en même temps que son créateur. En effet, les pharaons suivants se sont empressés d’effacer toute marque de ce bref passage monothéiste, notamment Toutankhamon (Toutankhaton au début, son fils ?) en rétablissant le culte d’Amon et des autres dieux sous l’influence d’Aÿ. C’est de là qu’Akhenaton tient son surnom de « pharaon hérétique ».

En conclusion, nous pouvons donc dire qu’Akhenaton a essayé de faire passer l’Egypte au monothéisme mais sans réellement y arriver vu qu’une grande partie de son peuple est tout de même restée attachée aux anciens dieux. Quoi qu’il en soit, les démarches de centralisation abusive n’ont pas été bénéfiques pour le pays Egyptien et les successeurs d’Akhenaton se sont arrangés pour le faire très vite passer pour un mauvais souvenir…

Tombe :

Sa tombe n'a jamais été découverte. Celle qui a été construite à Amarna était vide. Sa dépouille ainsi que celle de son épouse, Néfertiti, ont sans doute été déplacées dans un des endroits plus sûrs, par des fidèles. Le culte d’Aton étant abandonné, il fallait préserver les momies d’éventuels pilleurs. Certains ont pensé à la tombe KV55 à Thèbes comme second tombeau mais rien ne permet de le prouver.

Auteur : Benjamin
Mise en ligne le : mardi 29 août
Dernière mise à jour le : mercredi 30 août
URL : http://www.egyptos.net/egyptos/pharaon/akhenaton.php