L’alphabet grec, une étape clé

Publié le mercredi 18 juillet 2007 par Benjamin Recommander l'article à un(e) ami(e) Version imprimable Version PDF (1) Lire / Ecrire un commentaire :

L’apparition de l’alphabet grec est un tournant dans l’histoire de l’écriture ! Il est en effet le premier à intégrer des voyelles. C’est également à cette période que le concept de majuscule et de minuscule est apparu. L’apport non négligeable de cette culture mérite donc que l’on s’y attarde.

Comme cela a déjà été évoqué, l’alphabet grec dérive de celui employé auparavant par les phéniciens. Ce dernier est composée de 22 lettres, toutes des consonnes, et s’écrivait de droite à gauche.

Alphabet phénicien

La langue phénicienne était quasiment identique à celle des Cananéens ; un peuple qui vivait au niveau de l’Israël actuel et d’une partie de la Jordanie. Certains voient d’ailleurs le phénicien comme un dialecte du cananéen. Cela dit, les différences étant tellement infimes, beaucoup considèrent que les deux peuples parlaient et écrivaient la même langue.

Mais c’est au niveau de l’évolution de ce groupe linguistique que réside tout l’intérêt. L’araméen en est un exemple. Cette écriture a dominé toutes les autres pendant des siècles dans la région du Proche-Orient. Elle fut entre autres la langue écrite en Palestine lors des débuts du christianisme.

Livre écrit en araméen, retrouvé en Espagne et date du XIème siècle

En outre, l’araméen a été à l’origine de l’arabe, ou encore de l’hébreu. Cette dernière forme d’écriture est très intéressante car elle a conservé, sur certains points, des aspects du phénicien. Pour illustrer ce propos, voici un tableau comparatif présentant les deux premières lettres des alphabets phénicien et hébreu :

Celles-ci portent exactement le même nom en phénicien et en hébreu. Même si la graphie a légèrement évoluée entre les deux formes d’écriture, d’après le tableau, leur lien reste malgré tout très visible.

Mais revenons à la principale évolution : l’alphabet grec. Certaines lettres de la langue sémitique phénicienne d’origine ont été remplacées par des voyelles et d’autres ont été ajoutées (phi et psi par exemple). Il s’agissait en fait d’une nécessité pour retranscrire les langues européennes. Le résultat est un alphabet de 24 lettes qui inclut des majuscules et des minuscules : un concept tout à fait nouveau. Durant des siècles, cette civilisation a su adapter l’alphabet phénicien à sa convenance le rendant unique et novateur. On le voit nettement avec des lettres phéniciennes comme « beth » qui est devenue en grec « bêta » ou encore « daleph » qui est devenue « delta » et aussi « aleph » qui est devenue « alpha » etc… L’alpha qui est d’ailleurs l’héritier du célèbre « coup de glotte » des langues anciennes sémitiques ; notamment l’égyptien.

L’alphabet grec

Cet alphabet est probablement le premier à avoir été écrit de gauche à droite en Europe. Bien plus pratique et plus simple à reproduire, ce procédé s’est répandu très vite par le biais des différentes routes commerciales et a fini par être adopté, au détriment du phénicien d’origine. Suite aux conquêtes d’Alexandre le Grand, le phénomène s’amplifia encore. En effet, ce dernier apporta la culture grecque tout autour du bassin méditerranéen et même au-delà ! Cette influence culturelle, suivant l’endroit qu’elle touche, a donné lieu à l’apparition de multiples formes de langage. Par exemple :

  • En Egypte, l’influence du grec sur le démotique a donné le copte.

  • Au nord de l’Italie, le brassage a abouti à l’étrusque qui, lui-même, donnera l’alphabet latin que nous utilisons tous les jours.

    Tablette rédigée grâce à l’alphabet étrusque

    Cet alphabet comporte 26 lettres et le fait qu’il soit à l’origine du nôtre paraît assez net en regardant l’image. Comme à chaque fois, l’histoire se répète, après l’apparition du latin, l’étrusque commença peu à peu à disparaître, laissant place à sa forme plus évoluée.

  • Chez les slaves orthodoxes, le passage de la civilisation grecque permit le développement du cyrillique qui sera ensuite largement utilisé par les soviétiques..

    Exemple d’écriture utilisant l’alphabet cyrillique

    Il comporte 33 lettres et est principalement utilisé pour écrire le russe et d’autres langues slaves comme le serbe ou l’ukrainien. On pense qu’il a été élaboré par des disciples du frère Cyrille. Ce dernier aurait en fait développé la racine du cyrillique : l’alphabet glagolitique. Ce ne serait par conséquent qu'un de ses élèves qui serait à l'origine du célèbre alphabet des langues slaves. Certains pensent à Clément d'Okhrid qui est connu pour ses traductions grecques du glagolitique de Cyrille. Le cyrillique découlant du grec, le savant mélange a donné l'alphabet du même nom. Même si cela semble controversé, il est probable que, par respect pour leur maître, les disciples auraient donné son nom à ce qu’ils venaient de créer.

Vous constatez donc que le grec ancien est à l’origine des principales méthodes d’écriture de notre époque dans diverses régions du monde. Cependant, en Grèce même, il faut savoir que cet alphabet a lui aussi évolué puisque de nos jours, seul le grec moderne subsiste. Les différences sont surtout de l’ordre de la phonétique ainsi que de la grammaire. En effet, le nombre de lettres a été conservé : 24. Les différences sont plus ou moins similaires entre le vieux français et le français par exemple. Ainsi, les grecs de notre époque ne peuvent pas comprendre le grec ancien sans l’avoir étudié préalablement.

Néanmoins, l’utilisation du grec ancien n’a pas complètement disparu de nos jours. En effet, les lettres de cette langue sont toujours utilisées dans différents domaines scientifiques. Par exemple :

  • en mathématiques, on note « delta » majuscule (Δ) le discriminant permettant de résoudre des polynômes du second degré, « alpha » minuscule (α) pour la mesure d’un angle ou encore « sigma » majuscule (Σ) pour indiquer une somme…
  • en physique, on note « lambda » minuscule (λ) la mesure d’une longueur d’onde ou encore « nu » minuscule (ν) une fréquence.
  • en chimie, on note « sigma » minuscule (σ) une conductivité…

Ce ne sont bien sûr que quelques exemples, la liste étant très longue ! L’alphabet grec ancien est donc toujours largement utilisé, même s’il ne sert plus à l’expression quotidienne de tout un peuple. Il ne faut cependant pas perdre de vue que l’apport de la culture grecque dans l’écriture a permis de nombreuses évolutions, responsables de l’apparition des formes actuelles.

Taggé avec : alphabet grec, écriture