Reconnaître le nom des dieux et déesses

Un article du site www.egyptos.net

Cet article a pour but de vous présenter et de vous expliquer les écritures hiéroglyphiques des noms des principaux dieux et déesses de l’Egypte ancienne. De cette façon, il sera plus simple pour vous de les reconnaître lorsque vous passerez dans les nombreux temples que comptent ce magnifique pays !

Comme vous le savez, la religion occupe une place centrale dans la vie des Egyptiens anciens. Dans toutes les villes, il y avait au moins un temple. Le mot « temple » s’écrit littéralement « maison de dieu ». Cela donne en hiéroglyphe :

R8O6

Ici on lit de droite à gauche.

L’inscription est composée d’une sorte de plan d’une maison rectangulaire et d’un fanion (décoration à l’entrée des temples). Ce qui explique son sens. La translittération donne « hwt-ntr » soit en transcription (prononciation) « hout netjer ». Le mot « dieu » s’écrit d’ailleurs grâce au fanion (accompagné de son déterminatif, voir plus loin) et se dit « netjer ».

Il y a quand même une certaine logique dans les hiéroglyphes égyptiens. Dans le cas du culte par exemple, puisque le prêtre s’adressait aux dieux, il devait se purifier (aussi bien physiquement que spirituellement) constamment. Par conséquent, dans le vocabulaire sacré, on retrouve souvent le hiéroglyphe de « l’eau qui coule ». Ainsi, le verbe « louer » donne :

O34

N35
S29A30

Translittération : « sns » / transcription : « senes ».

Vous remarquerez que le déterminatif est ici un homme qui lève les bras au ciel en signe d’adoration. De façon générale, tous les mots liés au thème de l’adoration reprendront ce déterminatif. On peut aussi souvent lire le verbe « prier » :

N35
G4
V28A1

On retrouve bien « l’eau qui coule » mais le déterminatif est légèrement différent par rapport au mot précédent. Ici, l’homme est toujours en position d’adoration mais cette fois, il est agenouillé. Ce qui accentue l’action décrite.

Mais passons maintenant à ce qui nous intéresse le plus : comment reconnaître le nom d’un dieu dans un temple en Egypte ? Pour commencer, les déterminatifs nous seront d’une aide précieuse. En fait, ce dernier peut être sous différentes formes selon le dieu (ou la déesse) et sa fonction. Mais, de façon générale, on a le principe suivant :

A40

un homme assis avec la barbe postiche est le déterminatif pour un dieu

B1

déterminatif pour une déesse

Ensuite, chaque dieu possède une écriture plus ou moins complexe. Certaines sont facilement reconnaissables (Osiris par exemple) et d’autres beaucoup moins (Atoum). C’est pourquoi, nous allons vous présenter les hiéroglyphes des principaux dieux ; les plus courant en somme.

D’après l’ordre de la mythologie égyptienne, Atoum est le dieu créateur, à l’origine de tout. Le mot « Atoum » signifie « le tout » et s’écrit ainsi :

X1

U15
G17A40

Ensuite vinrent Geb (dieu de la terre) et Nout (déesse du ciel).

W24 X1
N1

Nout

G38D58A40

Geb

Dans le cas de Nout, le signe inférieur est celui du ciel.

Ils eurent quatre enfants dont Osiris, Isis et Seth.

D4
Q1 A40

Osiris (se prononce « Oueser »)

On retrouve dans son nom le hiéroglyphe du trône. Cela fait référence au fait qu’il a été le premier pharaon de l’Histoire, gouvernant les hommes. Après la bataille contre son frère Seth, il gouverna le royaume des morts. Le trône fait donc partie intégrante de son nom.

Q1X1
H8
B1

Isis

Elle est l’épouse et sœur d’Osiris. On retrouve dans son nom le trône, ce qui marque bien son lien avec Osiris.

E20A40

Seth ou Setesh

Il est représenté par le biais d’un animal mythique dit « animal séthien » avec un museau pointu, de longues oreilles et une queue fendue. Il est associé au chaos et à la destruction.

G5A40

Horus

Il est le fils d’Isis et d’Osiris. C’est lui qui parvînt à vaincre son oncle Seth. Sa représentation est celle du faucon. Ce dernier peut être sous différentes formes, perché ou non par exemple.

M17Y5

N35
A40

Amon

C’est une divinité universelle, surtout Thébaine à l’origine. Son nom signifie « le caché ». Il est souvent associé à Râ pour former le dieu Amon-Râ. Râ étant désigné par le disque solaire.

G25X1

Z4
A40

Thot

Il est le dieu de la connaissance, du savoir, de l’écriture, de la sagesse mais aussi des étoiles. Son nom contient un ibis sacré, son symbole.

M17N35

Q3
G43E15

Anubis

Le dieu de l’embaumement, il accompagnait les défunts jusqu’au tribunal d’Osiris. Son nom est souvent retrouvé dans le « Livre des morts ». Pour le reconnaître facilement, il suffit de localiser le chacal noir. A ne surtout pas confondre avec l’animal séthien.

L1
D21
M17A40

Khepri

Il s’agit d’une divinité solaire associée à la renaissance. Son symbole, le scarabée est présent dans beaucoup de mots et signifie quelque chose comme « venir à l’existence ». On le retrouve aussi dans l’autre nom de Toutankhamon : Nebkheperouré (« l’origine des transformations de Ré »).

W9G17G43C4

Khnoum

On retrouve dans son nom le bélier, qui est son symbole. Il est souvent associé à la création de l’homme.

N37U1D36
X1
B1

Maât

Son nom signifie « la vérité ». Son déterminatif est aussi souvent celui de la déesse normale mais avec une plume dans les cheveux. Cette plume est associée à la justice du tribunal divin d’Osiris.

O10

Hathor

Son nom se figure par un faucon dans une enceinte. Elle est en fait la protectrice d’Horus. Horus se représentant par un faucon, on comprend aisément l’écriture de son nom.

Q3
X1
V28A40

Ptah

Il est un dieu majeur donc souvent représenté. Dans son nom, on peut trouver la galette de pain ainsi que les tresses. Il est souvent associé aux artisans.

Voilà donc une liste des principaux dieux égyptiens que vous pourrez retrouver lors de vos séjours ou sur des photos de temples. Bien sûr, ce n’est pas une liste exhaustive, il y en a des dizaines. Cet article n’est aussi pas évidemment un article de mythologie. Il vise juste à expliquer l’écriture des noms des dieux. Pour des détails sur la mythologie, reportez vous à la rubrique consacrée du site.

Les dieux égyptiens étaient vénérés dans toute l’Egypte mais il ne faut pas oublier que le pharaon lui-même était aussi un dieu ! Il était LA représentation divine sur terre. C’est pourquoi, nous allons aussi expliquer l’écriture du mot « pharaon ». En fait, il s’écrit de la sorte :

O1O29

Transcription : « per-aa »

Sa première signification était « palais » mais peu à peu, au fur et à mesure du temps, il finit par désigner celui qui occupait le palais : le pharaon.

Vous vous dîtes sûrement : « tout cela c’est de la théorie, qu’est-ce ça donne en pratique ? ». Eh bien, pour conclure cet article, nous allons vous présenter deux fresques qui font référence à deux situations différentes où vous pourrez reconnaître des noms de déesses ou de dieux.

Stèle exposée au Musée du Louvre, Paris, France. Image originale : Wikipédia

Sur cette stèle, vous pouvez voir des prêtres en position d’adoration et vous retrouvez le nom d’Osiris (dans le carré noir en haut à droite).

Fresque retrouvée dans la tombe de Séti Ier. Image originale : Wikipédia

Ici, vous retrouvez le nom de la déesse Maât (cadre numéro 1). Elle est représentée au centre avec sa plume dans les cheveux. Tout comme dans le déterminatif de son nom. Le cadre numéro 2 représente, quant à lui, l’appartenance familiale. En effet, on retrouve le hiéroglyphe de l’oie

G39
(qui représente la filiation) ainsi que la marque du féminin (la galette de pain renversée
X1
). L’ensemble se traduit donc par « fille ». On voit aussi le disque solaire qui représente le dieu Râ
N5
. Au final, la traduction des deux cadres donne : « Maât, fille de Râ » ; transcription : ma-at sat râ. Et voilà ! Vous savez maintenant reconnaître et traduire le nom des dieux égyptiens !

Auteur : Benjamin
Mise en ligne le : dimanche 13 mai
Dernière mise à jour le : dimanche 13 mai
URL : http://www.egyptos.net/egyptos/hieroglyphes/reconnaitre-le-nom-des-dieux-et-deesses.php